Quelle est la particularité du régime de Kilian Jornet?

Kílian Jornet est un sportif professionnel au parcours étonnant. Si son curriculum nous  ébloui, coureur et skieur en montagne (Ultra Trail du Mont Blanc, Chevaux du Vent, TNF Australie, World Champion Overall, European Champion Vertical Race,…), sa simplicité et sa philosophie de la vie nous surprennent.  Un ensemble imposant.

Le reportage que nous offre le The New York Times  nous permet de cerner de plus près Kilian Jornet. Dans cette interview j’ai voulu faire connaître la façon dont Kilian Jornet se nourri. Sans être exhaustif, je tiens à faire un travail de divulgation avec l’information que j’ai sur son régime. À une époque où les régimes miraculeux et extravagants se propagent sur les forums d’internet, dans les librairies et les commerces sportifs, dans certains médias, le fait de voir qu’une alimentation si normale peut offrir autant devrait nous faire réfléchir sur l’importance de s’entraîner, de manger et de s’hydrater correctement, et de se reposer suffisamment. Il n’y a pas de secret, il y a de l’intelligence et de la volonté. Et une génétique privilégiée.

Données physiques de Kílian Jornet:

  • Année de naissance: 1987
  • Taille: 171 cm
  • Poids: 56 kg
  • Graisse corporelle: 8%
  • VO2 max (consommation maximale d’oxygène): 85 ml /kg/min (exceptionnelle)
  • Capacité pulmonaire: 5,3 litres (normale)
  • Seuil anaérobie: 190 ppm (exceptionnel)
  • Fréquence cardiaque maximale: 203 ppm (normale)
  • Fréquence cardiaque au repos: 36 ppm (exceptionnelle)

LINTERVIEW

Planifiez-vous vos stratégies nutritionnelles pour faire face aux différentes étapes de la saison, ski et course en montagne ? Si ce n’est pas vous, qui le fait?

Je ne suis pas de règle alimentaire, je pense que je mange assez bien et équilibré, mais je le fais un peu dans la foulée, avec ce qu’il y a à la maison, ou dans le pays où je me trouve. Je mange peu de viande car ma mère est végétarienne et je n’en ai jamais mangé beaucoup.

Avec quelle fréquence buvez-vous pendant une course? Attendez-vous d’avoir soif le faites-vous de façon systématique même si vous n’avez pas soif?

Dans les courses courtes je ne bois pas beaucoup, pour ne pas me charger, juste la quantité nécessaire pour pouvoir manger les gels dilués dans l’eau. Dans les courses longues, je m’hydrate au fur et à mesure, même si je n’ai pas soif, mais comme d’habitude je bois peu lors des entraînements, je ne peux pas abuser afin d’éviter les problèmes digestifs.

Entraînez-vous à jeun ? Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Assez souvent, c’est l’habitude, le matin j’ai du mal à m’activer, à manger… donc très souvent je sors à jeun, pas à cause de l’entraînement mais plutôt parce que je n’ai pas l’habitude de prendre de petit-déjeuner.

Prenez-vous un complément alimentaire pour prévenir les lésions articulaires et musculaires ? Lequel ?

Pas beaucoup. Parfois, si je manque de fer, j’en prends; de la spiruline et, s’il fait très chaud, je prends du sodium pendant la course.

Modifiez-vous considérablement votre alimentation en fonction de la phase dans laquelle vous vous trouvez, ski ou course?

Non, ce qui la modifie c’est plutôt le climat ; en hiver les aliments chauds et gras sont plus recommandables (fromages, soupes…), et en été les aliments un peu plus frais, comme les fruits, par exemple.

Pouvez-vous nous résumer 24 heures de votre alimentation et nous donner quelques informations concernant votre entraînement (horaire, temps et intensité approximative) ?

Cela dépend beaucoup du jour ; il y a des jours où je prends mon petit-déjeuner, d’autres où je ne prends rien ; des jours où je prends du porridge ; d’autres où je mange du pain avec du Nutella. La même chose pour le déjeuner ; si j’ai pris mon petit-déjeuner ou si l’entraînement du matin a été léger, je ne déjeune pas ou bien je mange juste un peu de pain avec de l’huile. Par contre, je dine ; des pâtes avec des légumes, du riz…

Si vous avez une course tôt le matin (disons à 7 h), que dînez-vous la veille ?

Des pâtes, du poulet ou des légumes.

De combien d’heures de sommeil avez-vous besoin la veille d’une course?

Cela dépend de l’heure de départ de la course, mais de 7 à 8 heures, comme d’habitude.

Que mangez-vous le matin de la course et à quelle heure ?

Je mange entre 2h30 et 3 heures avant le départ, une tranche de pain avec du Nutella ou un morceau de Gatosport (gâteau énergétique).

Au cours de la course, qu’est-ce qui est le plus important pour vous : une bonne hydratation ou une bonne alimentation ?

Les deux.

Après avoir fini une course, qu’est-ce qui est le plus important pour vous  (par ordre d’importance)

  • Une bonne réhydration – 3
  • Une bonne alimentation -1
  • Quelques étirements -5
  • Un massage -4
  • Du repos -2

Votre fruit préféré :

Cela dépend de la saison, les baies, les pommes, les pêches, l’ananas…

Votre aliment/plat préféré

La pizza.

Un aliment/plat que n’aimez pas du tout?

Plutôt ceux qui sont fait à base de viande, et puis j’ai horreur des oreilles ou des pieds de porc.

Votre gourmandise préférée:

Toutes!  Le chocolat

Les fruits secs que vous consommez le plus lors des entraînements ou en course:

Des amandes, des dattes ou des cacahuètes.

Sucré ou salé?

Ça dépend de la chaleur qu’il fait ! Mais plutôt sucré.

Du chocolat noir ou au lait?

Au lait.

Entraînez-vous avec de la musique ? Choisissez trois chansons qui vous aient accompagné pendant longtemps ou qui soient spéciales pour vous actuellement:

Sonata en Do Majeur, de Bach

En ce moment, «Quart Primera»

Sunday Blody Sunday

COMMENTAIRES À L’INTERVIEW

Les habitudes alimentaires de Kilian sont tout à fait normales, elles n’ont rien d’extraordinaire. Il suit un régime méditerranéen, sans planification stricte et il consomme des produits très conventionnels. En s’y prenant de cette façon, il obtient une performance optimale, tout en préservant sa santé. De façon très naturelle, il est capable d’obtenir une performance sportive à la portée de très peu de personnes sur la planète. Avec le repos nécessaire afin de récupérer. Cependant, il faut bien souligner que sa génétique exceptionnelle, son développement sportif depuis l’enfance, sa volonté, tout compte

Quand il dit « je pense que je mange assez bien et équilibré » on comprend qu’il est conscient qu’il s’y prend assez bien. Avec un régime normal, très riche en glucides, suffisamment de protéines et de graisses, et en couvrant ses besoins en vitamines et minéraux de façon correcte, il est capable d’amener son organisme à la performance maximale, tout en lui épargnant des lésions et en l’aidant à se récupérer des séances d’entraînement intensif et des courses extrêmement dures auxquelles il participe.

S’entraîner à jeun sans bien connaître son corps et sans tenir compte du risque d’hypoglycémie représente un certain danger, d’autant plus lorsque l’entraînement a lieu en montagne. Kilian est un professionnel qui consacre sa vie au sport, il sait interpréter les avertissements que lui donne son corps, et il est conscient de ses limitations. Les athlètes amateurs qui veulent s’entraîner avec l’estomac vide devraient se rappeler que Kilian nous a expliqué qu’il le fait plus par habitude que comme stratégie nutritionnelle pour améliorer ses performances. Lorsque l’on choisit cette option, il est indispensable de prendre des précautions. Le mieux est de demander conseil à un professionnel de la nutrition sportive.

Kilian accorde une grande importance à l’hydratation, fondamentale dans tous les sports, mais essentielle dans les courses d’ultra-résistance, de même que pour la performance, pour une bonne récupération et pour une prévention des lésions.

Il y a quelques jours je parlais de l’hydratation avec un ami qui venait de participer à un ultratrail. Il me disait qu’il regrettait énormément, de ne pas s’être hydraté suffisamment à cause de l’humidité et du froid. Il a fini la course avec une tendinite au tibial, une lésion typique de ce sport. « Si tu veux te rétablir, il faudra que tu t’occupes de toi et que tu rates quelques courses dans les mois à venir, mon ami ». Cette lésion ne se doit sans doute pas seulement à une mauvaise hydratation, bien que cette dernière soit un facteur de protection important.

J’en profite aussi pour rappeler l’interview que j’ai faite à Núria Burgada, mère de Kílian, au mois d’octobre dernier à El Piscolabis. Núria a répondu aux questions concernant les habitudes alimentaires de Kílian et de toute la famille pendant  son enfance.

À Kílian :

Kílian, je tiens à vous remercier pour votre amabilité. Vous avez répondu aux questions que El Piscolabis vous a posées sur vos habitudes alimentaires et d’autres aspects plus personnels. Sachez que mon film préféré est aussi Dersú Uzalà et que je me passionne pour Bach, (je raffole des Variations Goldberg (BWV 988) jouées par Glenn Gould. Toutes mes amitiés, Kilian. Je suis persuadé qu’on se croisera un jour en montagne !

Àlex Pérez Caballero|Diététicien-Nutritionniste Sportif|©El Piscolabis. Mai 2013

alexperez.dietista@gmail.com

United Kingdom-01Spain-01images

Je remercie la traduction française de Pablo Tenes et Johnny Caragol

Un Comentario

  1. Pingback: Et les autres, comment font-ils ? | miguelmartinez.ch

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: